FR / EN / IT / ES

   

  

 

 

 

 Giuseppe étudiant en médecine, témoigne sur Jérôme Lejeune

 Giuseppe Varvara, étudiant en médecine, Italie  

Quand à Bari, j’ai fini la visite de l’exposition sur Jérôme Lejeune, j’ai tout desuite voulu que mes amis étudiants de l’université puissent rencontrer Lejeune : un homme, un médecin et un chercheur dont la bonté est absolument inhabituelle. Et dès cette rencontre avec Jérôme Lejeune ma vie d’étudiant a changé.

Je m’en suis rendu compte il y a quelques mois quand une femme de mon village a voulu me rencontrer pour me parler de son fils. Son fils est atteint d’une pathologie rare, la PANDAS, qui cause des troubles obsessionnels compulsifs et qui l’empêche de marcher droit car son dos est courbé à 90°. Seul le regard passionné de Lejeune pouvait me permettre de regarder cet enfant comme un homme et non comme sa maladie.

Depuis ma rencontre avec Lejeune, j’étudie aussi de façon différente parce que les maladies ne sont plus des noms à mémoriser mais des possibilités de recherche qui, un jour, pourraient être utiles à quelqu’un.

Je veux continuer de demander à Lejeune de me soutenir et de m’indiquer la route parce que ce qui m’intéresse le plus c’est la recherche en biochimie."

Bari, mars 2016

 

Pedro, Violoncelliste, Symphonie de la vie pour Jérôme Lejeune, Madrid

Pedro, violoncelliste, Espagne

Pedro est violoncelliste et président de l’Orquesta sinfonica y coro JMJ de Madrid. Il est à l’initiative de la ‘Symphonie de la vie’ composée en l’honneur de Jérôme Lejeune.

Tout vient d’un recueil de textes de Jérôme Lejeune : Symphonie de la Vie. J’y ai découvert la force et la profondeur de son esprit et comme, depuis ma jeunesse je suis engagé du côté de la vie, ces textes ont été pour moi une grande inspiration. Ils inspirent le titre de la Symphonie et ses 5 mouvements. Nous souhaitons la jouer aux JMJ de Cracovie et à Auschwitz en aout 2016 et à San Sebastian Capitale Européenne de la culture 2016.

Il existe un lien intime entre la vie et la musique. La musique m'aide à comprendre le mystère et la grandeur de chaque vie. Je remarque que personne ne doute que ce serait criminel de détruire l’unique partition d’une œuvre de Beethoven parce qu'elle serait difficile à jouer, mais nos lois considèrent qu’il est juste de supprimer une vie difficile. Or chaque vie humaine est la plus grande et géniale symphonie jamais écrite !

La musique, en étant un art qui exige rigueur, ordre et travail, parle au cœur et est très proche du langage de l'esprit. Or Jérôme Lejeune, à travers sa recherche passionnée, voulait parler aux cœurs des personnes et son esprit empreint d’une grande humanité le rendait extraordinairement proche des malades. Avec cette Symphonie nous souhaitons transmettre cet esprit pour faire comprendre la beauté et le bonheur qui entourent la vie.

Madrid, février 2016

 

 Samuel Sommaruga témoigne sur Jérôme Lejeune

Samuel Sommaruga, Suisse, en spécialisation de génétique à Yale (USA)  

Samuel, après sa 6 eme année de médecine à Genève, a rejoint l’Université de Yale (USA) en 2016, où il a déjà passé quelques mois, pour étudier la génétique des anévrismes avant de commencer sa formation en neurochirurgie. Il est président de l’association Medici Christi, qui forme, intellectuellement et spirituellement, des jeunes catholiques du monde médical.

Pouvez-vous nous raconter votre parcours ?
Dès le début de mes études, je me suis intéressé à la bioéthique. Des sujets, tel que l’avortement, le dépistage préimplantatoire ou la recherche sur les embryons humains, m’ont toujours interpellé. En cherchant à comprendre ce sujet, j’ai été choqué par le traitement fait aux plus faibles de notre société que sont les enfants dans le sein maternel et les personnes âgées. Je précise que je me suis converti il y a deux ans. J’étais auparavant marxiste et protestant. Avec ma conversion, ma vision de la médecine n’a
pas profondément changé, elle est un art au service de l’Homme, mais c’est ma vision de l’Homme et sa compréhension qui ont changé. Conscient des enjeux et de la responsabilité que nous, médecins, avions, j’ai ensuite, avec plusieurs amis, décidé de fonder les Medici Christi en Suisse.

Comment avez-vous découvert le Pr. Lejeune et que vous a-t-il apporté ?
Je l’ai découvert l’année dernière, à une conférence à New-York et j’ai trouvé avec lui, un exemple à suivre. Il a tracé une voie pour toute une génération de médecins, et il est magnifique de constater que son message est profondément universel, qu’il ne s’adresse pas seulement à des médecins catholiques. Il nous montre par ses écrits, ses discours et sa vie, ce qu’il y a de plus beau en l’Homme et plus particulièrement en l’Homme médecin, et il nous rappelle que la défense de nos patients n’est pas sujette à compromis. A nous chrétiens, il montre aussi que la cohérence entre notre foi et notre travail est primordiale.

Comment l’exemple de Jérôme Lejeune peut-il aider les étudiants en médecine ?
Le Pr. Lejeune a allié excellence académique, amour du patient et foi fervente. Il a recherché la cohérence entre Foi et Science. Il a défendu la Vie et a choisi d’être exclu plutôt que d’être dans le compromis, d’être ostracisé plutôt que d’occulter la Vérité.

Pour toutes ces raisons, il est un exemple pour les étudiants en médecine d’aujourd’hui.

Genève, mars 2015

  

 Francesco

Francesco P., étudiant en médecine, Italie

Quand, au meeting de Rimini, nous avons vu avec quelques amis étudiants en médecine, l’exposition «Qu’est-ce que l’homme pour que tu t’en souviennes ? Génétique et nature humaine dans le regard de Jérôme Lejeune », nous avons été immédiatement fascinés par la vie de cet homme, par la façon dont il vécu sa profession de médecin comme chemin vers la Sainteté.

Nous avons décidé de faire venir l’exposition à l’hôpital Gemelli à Rome, là où nous vivons chaque jour et où, face à la souffrance et à la maladie des patients, nous sommes confrontés à la question que nous renvoie l’exposition et la vie de Jérôme Lejeune : Qu’est-ce que l’homme pour que tu t’en souviennes ? Qui est l’homme ? Quel est le sens de ma vie ? Une des choses qui m’a le plus frappé, chez Lejeune, immédiatement, c’est qu’il a été un homme libre. Tellement libre qu’il a renoncé à tout le prestige de ses découvertes pour défendre ses enfants. En expliquant l’exposition et en parlant avec mes compagnons de cours, avec les patients, avec les professeurs qui s’arrêtaient pour la regarder, m’est apparu de façon claire que cette liberté naissait de sa Foi en Jésus, de cet amour de la Vérité qui a caractérisé toute la vie de cet homme, contemplatif.

Une des rencontres les plus belles que j’ai faite en expliquant l’exposition, a été avec une patiente, qui, en face du témoignage de Jérôme Lejeune, a immédiatement pensé au geste de Benoit XVI, qui ‘en pleine liberté et par amour de l’Eglise, a renoncé avec humilité au ministère pétrinien’ Il y a eu tant de belles rencontres au cours de cette semaine d’exposition sur Jérôme Lejeune. La chose la plus belle que je voyais chez ceux qui concluaient la visite, était leur regard heureux et serein, comblé d’avoir connu un homme qui témoigne pour nous aujourd’hui que « la vie est un don et que, quelque soit le futur, être en vie est un bien, parce que la promesse est plus forte que la menace. » (Benoit XVI)

Aujourd’hui je peux dire que Jérôme Lejeune, est un grand ami et le sera pour toujours, une vraie compagnie qui, face aux choix de ma vie, m’aidera à tenir le regard fixé sur ce que j’ai de plus cher.

Francesco P. est étudiant en médecine à  l’Université catholique du Sacré-Cœur, à Rome.

Rome, juin 2014

 


 OmbrettaUS


Ombretta Salvucci, chercheuse, USA

Quand quelqu'un m'a demandé en regardant la photo de Lejeune sur mon bureau, qui veille sur mon travail, "qui est cet homme ?" Ma réponse immédiate a été : "mon meilleur ami". Cela peut sembler improbable, puisque je ne l'ai jamais connu personnellement et qu'il est mort il y a 19 ans."... Lire la suite

New York, décembre 2013 

  

 

Maria del Carmen, médecin, Argentine

Je prie Jérôme Lejeune tous les jours, pour qu'il m'inspire et me donne la force dans mon travail quotidien, au service de la vie. Il est notre grand inspirateur,pour nous médecins.

  

Andrea, maman d'une enfant trisomique, médecin, Italie

Je t'écris pour te dire que l'exposition sur Jérôme Lejeune a été pour nous, parents, extraordinaire. Quand tu as un enfant trisomique tu voudrais dire au monde toute la joie et le bien qu'il réussit à transmettre mais surtout tout le bien qu'il réussit à faire sortir de toi même. Lejeune l'avait très bien compris...

L'approche de la science moderne est terrible qui évite et nie ces aspects et ne permet aucune réflexion ou communication avec les parents. Nous avons des parents encore bouleversés de la façon dont on leur a appris le handicap de leur enfant et souvent les professionnels de santé ne comprennent pas combien cette information dans les premiers moments de la vie est importante. Pourtant, je ne parviens pas à me décider  à faire ces rencontres car j'ai peur d'être en difficulté et parce que j'ai l'impression d'être un peu à part avec un enfant trisomique.

Après avoir vu l'exposition sur Jérôme Lejeune je vois s'ouvrir des fenêtres. Je voulais te dire aussi que ce qui m'a beaucoup plus dans l'exposition c'est la façon dont vous la présentiez : on sentait vraiment le sens de la vérité et l'espérance.